>> Accueil / Vie des régions / CAEN / Communiqués / 2016-2017 : une organisation

2016-2017 : une organisation générale à la peine

mardi 21 mars 2017

Lors de la réunion de rentrée du mois d’août, monsieur le Recteur de l’académie de Caen avait parlé de cobayage pour cette année 2016-2017. Chacun connaît ce type d’exercice qui consiste à tester les sujets d’examen qui seront proposés à l’examen. Normalement, le cobayage est une épreuve à durée limitée et le cobaye est amené à donner son avis pour rectifier des erreurs repérées dans le sujet.

Sans vouloir paraître trop désagréable, il s’avère que le cobayage qui nous concerne dure depuis le début de l’année scolaire. Régulièrement, nous avons le sentiment qu’il y a un train de retard ou bien qu’il faut rendre la copie pour le lendemain quand ce n’est pas la veille. Les exemples sont nombreux. Nous en avons choisi trois, cela suffira amplement.

Affectation des élèves en seconde

Les règles ont changé. On se souvient du courrier électronique du 15 novembre 2016 nous invitant à prendre en compte la note technique élaborée par le SAIO à la suite d’informations élaborée par la DEGESCO. L’intention de nous informer était tout à fait louable, mais face à la description qui nous en était faite, nous avons été nombreux à nous questionner face à ce nouveau système de calcul :
- Quelle information donner aux professeurs alors que le premier trimestre était quasi terminé ?
- Quelle information donner aux élèves ?
- Quels pouvaient être les impacts prévisibles sur les affectations des élèves sur leurs affectations ?
A ce jour, personne n’a une réponse claire à la troisième question. On nous répond qu’il ne faut pas nous inquiéter, que les systèmes informatiques feront le travail d’harmonisation entre les différents établissements en se fondant sur les valeurs statistiques recueillies les années précédentes dans les établissements. On a vu la pagaille des affectations l’année dernière dans certains secteurs de l’académie. Peut-on faire entièrement confiance au système informatique ? On le souhaiterait, mais… Un crash au mois de juin n’est pas inenvisageable.
Pour l’heure, nous sommes toujours dans le flou en ce qui concerne l’affectation de nos élèves en seconde. Idéalement, nous devrions communiquer avec les familles pour les rassurer, leur donner des conseils, ce qu’il est actuellement bien difficile de faire.

IMP/PSC1/Gestes de premiers secours

Dans le BO du 25 août 2016, le Ministère nous a demandé de former les délégués de classe des établissements scolaires aux gestes des premiers secours et tous les élèves scolarisés en classe de 3ème. Cette demande institutionnelle ne tient pas compte des problématiques locales où il est parfois bien difficile de trouver un formateur. Pour former les élèves, de nombreux créneaux horaires ont été débloqués, notamment sur des temps où des formateurs n’avaient pas cours. Pour cet effort consenti dans les établissements, il a été question d’attribuer des IMP pour rétribuer les formateurs impliqués dans cette formation. On n’en toujours pas vu la couleur. La dernière note qui nous est parvenue évoque un dispositif valable pour la rentrée de septembre. Quid des heures effectuées cette année ?

Réouverture des bilangues : où en est-on ?

L’année dernière, l’académie de Caen s’est distinguée en étant le territoire sur lequel les sections bilangues avaient été le plus supprimées. A la marge, quelques sections ont finalement été réouvertes. Cette année, monsieur le Recteur a commandé une étude aux DASEN des trois départements pour leur demander d’étudier la question de la réouverture des bilangues sur le territoire. Dans le département de la Manche, l’ouverture des bilangues dans les établissements se font sur les moyens propres des établissements. Dans le département du Calvados, les DHG ont été abondées. Le snU.pden s’interroge sur les critères d’attribution des sections bilangues et sur le mode de communication du rectorat et des DSDEN avec les collèges. Dans le Calvados, les collègues ont été destinataires d’un courrier dans lequel figurent des établissements du privé. Dans la Manche, la communication s’est faite oralement. Il se pose aussi la question du dispositif d’enseignement de l’Allemand au primaire et de son avenir en 2017-2018.

Ces trois exemples montrent les situations de tensions possibles dans les établissements :
Les chefs d’établissement doivent continuer d’organiser leur structure, apporter des réponses aux questions légitimes des différents acteurs de la communauté éducative sans qu’ils aient pour autant les éléments sur lesquels ils pourraient eux-mêmes se fonder.
Cette problématique n’est évidemment pas spécifique à l’académie de Caen ; on la retrouve à d’autres endroits du territoire.
Bien évidemment, cela pose la question du pilotage et du rôle que l’institution souhaite réellement donner aux chefs d’établissement. A l’heure actuelle, il nous faut un grand sens du dévouement, beaucoup de recul également face aux commandes parfois contradictoires pour assurer correctement notre mission et nous préserver pour parvenir jusqu’à la fin de cette difficile année scolaire.

Caen,
Le secrétariat académique

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- Dégradation des locaux de la CFDT : la (...)
La FSU condamne vivement la dégradation du siège de la (...)
- Élections présidentielles : pas une voix (...)
Les résultats du premier tour de l'élection présidentielle
- Attentat à Paris le 20 avril
La FSU exprime sa solidarité avec les policiers, après (...)
Derniers articles parus
- Second tour de l’élection présidentielle : (...)
Le Front National est présent au second tour de (...)
- Lettre ouverte aux candidats à l’élection (...)
Madame, Messieurs les candidat-e-s à l’élection (...)
- Bilan social - Parité Hommes / Femmes - (...)
Lors du Conseil Technique Ministériel de l’Education (...)
- Soutien aux personnels de direction de (...)
Le bureau national du snU.pden-FSU, réuni le 29 mars (...)