>> Accueil / Actualités / Conditions de travail, (...)

Conditions de travail, recul du Service Public, pertes de pouvoir d’achat, ça suffit ! En grève le 10 octobre.

lundi 18 septembre 2017, par Garncarzyk

JPEG - 16.1 ko

Lors du second tour des Présidentielles en mai dernier, la majorité des électeurs n’a pas choisi un programme politique et économique pour les cinq ans à venir mais a voté contre l’arrivée au pouvoir du Front National. Ainsi les diverses réformes mises en œuvre à marche forcée par nos dirigeants ne sont pas celles attendues par nos concitoyens. Ceux-ci n’y adhérent pas malgré le soutien actif des médias et les efforts de « pédagogie » de nos dirigeants.

Regardons de plus quelques-unes d’entre elles tout d’abord parmi les réformes qui toucheront tous les salariés :

Réforme fiscale :
- l’augmentation de 1,7% de la CSG pose la question de la compensation pour la Fonction Publique. La dernière piste envisagée : indemnité compensatrice afin d’annuler la perte de pouvoir d’achat. Son calcul serait une vraie usine à gaz, elle prendrait en compte l’ensemble des éléments du traitement : traitement de base, indemnité de résidence, supplément familial de traitement, primes et indemnités...... mais certains éléments ne sont pas pérennes, que faire alors ??? L’objectif final de cette mesure ne peut être oublié : passer d’une protection sociale intergénérationnelle à son étatisation et donc un risque de prise en charge à minima.
- l’allègement de la taxe d’habitation pour 80% des ménages ne concernera pas les classes moyennes et notamment une partie des fonctionnaires dont la quasi-totalité des personnels de direction. Les bornes retenues seraient 30 000€ pour une personne seule, 48 000€ pour un couple. Cette mesure sera appliquée par palier et aura un impact sur les ressources des collectivités territoriales. Celles-ci auront des difficultés pour faire face à une partie de leurs engagements et notamment au volet social de leur action.
Code du travail :
En recourant aux ordonnances inscrites dans la Constitution de 1958, le Président de République évite un débat à l’Assemblée Nationale. Cette décision n’empêche pas les citoyens de s’emparer de cette question. La remise en cause du Code du travail sera lourde de conséquences pour les salariés. La lecture des projets de rédaction montre bien qu’il s’agit d’organiser une régression sociale en mettant à bas tout ce qui protégeait les salariés face aux employeurs. C’est contre celle-ci que nos concitoyens ont manifesté le 12 septembre dernier. Cette action, malgré le battage médiatique annonçant son échec, a été une réussite compte tenu du nombre d’organisations appelantes. Cette action est le premier maillon d’une contestation qui devrait prendre de l’ampleur suite aux annonces du gouvernement.
Prochaines réformes annoncées :
Réforme de l’assurance chômage, de la formation professionnelle et de l’apprentissage, des retraites sans oublier celle du baccalauréat et l’entrée à l’université qui verrait la mise en place d’une sélection. La méthode appliquée pour la loi travail sera reconduite : consultation des organisations syndicales et texte venant d’en haut.

Spécifiquement concernant la Fonction publique

Le gel du point d’indice  :
Alors que le point d’indice avait été débloqué en toute fin du quinquennat de F. Hollande (après une période de gel depuis le 1er juillet 2010, la valeur du point a été augmentée de 0,6% en juillet 2016 et de nouveau de 0,6% en février 2017), sans pour autant permettre le rattrapage salarial du blocage pendant six années, le gouvernement d’Edouard Philippe le gèle de nouveau. Ceci au pire entraînera une perte de pouvoir d’achat pour les fonctionnaires, au mieux des négociations catégorielles pour une revalorisation des grilles indiciaires de certains corps, avec toutes les conséquences néfastes liées à des mesures parcellaires.
Le report de la mise en œuvre des mesures actées dans le cadre des accords Parcours Professionnels, Carrières, Rémunération (PPCR)  :
Comment créer de la confiance lorsque la parole de l’Etat est désavouée par ses ministres quelques mois après la signature d’accords importants, surtout lorsque certaines d’entre elles sont mises en œuvre sans contrepartie (ex : rendez-vous de carrière des enseignants).
Retour de la journée de carence à partir du premier janvier 2018 :
tous les personnels de direction ont perçu les effets négatifs de cette mesure, pas seulement sur le plan de la rémunération, mais également sur l’état de santé des agents, notamment les plus précaires, qui refusaient des arrêts alors que leur état de santé l’exigeait. Les conséquences néfastes touchent non seulement les agents mais le fonctionnement du Service Public. Une politique responsable au profit du bon fonctionnement du service et de la santé des agents aurait été de renforcer médecine du travail et médecine préventive.
Et enfin 120 000 fonctionnaires de moins dans le programme du gouvernement, ce qui ne pourra que dégrader nos conditions de travail, des concours de recrutement d’enseignants qui ne font pas le plein…

Les pertes de pouvoir d’achat annoncées provoquent un profond mécontentement des personnels de direction ainsi que de l’ensemble des fonctionnaires des trois fonctions publiques.
Si nous y ajoutons les annonces sur la remise en cause des programmes en collège, programmes âgés de deux ans seulement, la mise en œuvre, sans aucun sens, d’évaluations diagnostiques pour les élèves de 6ème en novembre, la réorientation du bac professionnel vers l’insertion professionnelle au détriment des élèves issus des classes populaires, et non plus la recherche d’un « bac pro » équilibré permettant l’insertion et la poursuite d’études,… c’est une véritable exaspération que crée la politique menée par le Gouvernement d’Édouard Philippe.

Pour toutes ces raisons, le snU.pden-FSU appelle dès à présent tous les personnels de direction à se mobiliser dans un vaste mouvement de grève le 10 octobre prochain.

Le Bureau national,
Le 17 septembre 2017

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- PPCR : lettre au premier ministre
Monsieur Edouard PHILIPPE Premier Ministre Les Lilas (...)
- Contractuel-les de la Fonction publique (...)
Stage syndical national FSU les 7 et 8 novembre 2017 • (...)
- La FSU condamne l’attentat en Somalie
Les habitant-es de la capitale somalienne Mogadiscio (...)
Derniers articles parus
- Les dossiers du moment : projet de loi (...)
Plusieurs dossiers concernant notre vie au quotidien (...)
- INSTANCE BLANCHET DU 11 OCTOBRE 2017 : (...)
L’ordre du jour de cette instance se compose des (...)
- Mutations 2018 : informations sur les (...)
Pour tout personnel de direction, la mutation est vécue (...)
- En grève le 10 octobre 2017
Le snu.pden-FSU se retrouve dans les motifs de la (...)