>> Accueil / Actualités / Effets d’annonce du nouveau

Effets d’annonce du nouveau ministre : Déstabilisation, incertitudes et inquiétudes chez les personnels de direction

mercredi 7 juin 2017, par Garncarzyk

Edito

Depuis quelques jours, les effets d’annonce du nouveau Ministre vont bon train. Le projet d’un arrêté modifiant l’organisation des enseignements dans les classes de collège circule même sur internet. On peut y lire le rétablissement des classes bi-langues, le retour de la DNL et des sections euro, le libre choix entre l’AP et les EPI. D’ici la fin d’année scolaire, cela promet des réunions tendues avec les équipes, surtout quand les TRMD sont déjà bouclés. Le nouveau ministre érige l’autonomie des établissements en concept clé : une belle promesse de souplesse ? Pas vraiment. Elle mettra clairement les établissements en concurrence les uns avec les autres. La Réforme elle-même risque de passer à la trappe sans avoir fait l’objet d’une réelle évaluation.

Igor Garncarzyk, secrétaire général du snU.pden-FSU

Les collèges à l’épreuve du temps politique : l’exemple des sections bilangues

Lundi 15 mai dernier, depuis Berlin, Emmanuel Macron annonçait via Twitter qu’ « à partir de septembre prochain, les classes bilangues rouvriront en France ». Rappelons d’abord que sur le territoire français, les sections bilangues sont loin d’avoir disparu. L’an passé, seule l’académie de Caen s’était distinguée dans l’hexagone par un excès de zèle particulièrement remarqué. Après cette annonce présidentielle, les enseignants se sont tournés vers leur chef d’établissement, en particulier les professeurs d’allemand qui avaient douloureusement vécu, l’année dernière, la disparition de ces dispositifs. Que faire et que répondre aux enseignants face à cet effet d’annonce ? Nous faudra-t-il, dès les prochains jours, entamer de nouvelles discussions sur la répartition de la DHG ? Remettre en question les dédoublements et / ou les co-enseignements mis en place après de longues concertations, dans le cadre de l’AP et des EPI ? Ce tweet comporte-t-il en creux l’annonce d’une autonomie élargie des établissements ? Les écarts pourraient se creuser encore entre les enseignements dispensés dans les différents EPLE, interrogeant de nouveau sur le sens réel de deux termes habituellement joints : « Education » et « Nationale ». Chacun dans son coin, face à son CA, déciderait-il du rétablissement de la bilangue ? Espérons que non. Sinon les équipes de direction seraient soumises à d’importantes tensions liées à des intérêts divergents : ceux des professeurs de langues vivantes, des professeurs impliqués dans les EPI, des professeurs opposés à la réforme, des parents demandeurs de diversité linguistique, du maintien des effectifs pour éviter la fuite vers les établissements privés… Normal, pourra-t-on nous dire… C’est le job : il faut écouter, arbitrer, gérer, décider. Sauf que depuis plus d’un an, les équipes de direction sont en zone de turbulences fortes. Nous ne cessons de rassurer les enseignants, les élèves et les parents, en essayant, autant que possible, de donner une cohérence à l’ensemble des dispositifs mis en place par la réforme des collèges. Bien sûr, un tweet n’a pas la valeur d’une circulaire. Mais son impact sur l’opinion publique est réel.

LSU, CYCLADES ET AFFELNET : les « bonnes » surprises de cette fin d’année

Dans cette dernière ligne droite avant les vacances d’été, nous sommes tous bien occupés par les différents paquets cadeaux qui nous ont été concoctés par la Centrale : au choix, le LSU, CYCLADES et la nouvelle version d’Affelnet.
Dans certains cas, on a eu la chance d’avoir reçu par mail un PDF qui vous explique le pas à pas. Dans d’autres, il faut faire des recherches sur internet et on se rend compte de la manière dont les petits copains des académies voisines bricolent. Que du bonheur !
Au téléphone, en off, il se trouve même des techniciens qui reconnaissent que changer les 3 applications en même temps, hé bien… cela fait un peu beaucoup. Ils ajoutent que les logiciels avaient pris un coup de vieux mais qu’on pouvait tuiler sans trop de difficulté… Comprenne qui veut.

La bonne surprise du LSU

Avant les vacances de Pâques, certains collègues ont eu la bonne surprise d’apprendre qu’ils ne pouvaient pas faire remonter les données vers le LSU quand, dans une même classe, l’équipe pédagogique avait renseigné à la fois des évaluations notées et des évaluations par compétences dans le bulletin périodique. Cela a parfois donné des réunions départementales houleuses. On imagine les difficultés rencontrées par les chefs d’établissement qui ont dû revenir expliquer à leurs équipes qu’il fallait faire machine arrière et reprendre classe par classe les bulletins des périodes précédentes…
Dans les établissements, les conseils de cycle 4 ont parfois donné des échanges intéressants sur les compétences et sur le travail en équipe, échanges que nous n’avions pas forcément avant la Réforme du collège. Ils ont également révélé aussi les écarts qui pouvaient exister entre le travail et les attentes des enseignants et le nivellement des évaluations des élèves via les compétences.
Depuis le début de cette année, nous avons répété plusieurs fois que les opérations de gestion des affectations des élèves seraient problématiques. C’est confirmé : elles le sont déjà.
Ce qui est très curieux avec l’usine à gaz qui a été pondue, c’est que les concepteurs sont aussi ceux qui ont entre les mains l’allumette prête à craquer.

CYCLADES et le DNB

Autre bonne surprise avec Cyclades : voilà qu’il faut que nous rentrions les élèves dans les salles pour l’oral du DNB. Attention : ne pas oublier l’horaire. Très important ! A charge pour nous d’éditer les convocations puis de trouver l’onglet dans lequel nous rentrerons ensuite les notes. Rebelotte avec les épreuves écrites, où nous faisons le même travail qu’avec Organet. Sauf que cette année, les élèves qui bénéficient d’un tiers temps devront prendre avec eux leur vélo, ou bien leur skate pour rentrer chez eux : les horaires des épreuves majorées ne suivent pas celles des cars scolaires. Bon… Dans les capitales régionales et à Paris, il y a au choix le métro ou le tram. Pour les campagnards, il faudra de solides mollets.

Et les élèves dans tout cela ?

Il faut bien l’avouer, cette année, notre tâche n’a pas été simple. Quand on nous a fait faire du pas à pas depuis le mois de septembre, quand les outils mis à disposition ne fonctionnaient pas ou que l’on ne trouvait pas grand monde pour les expliquer clairement, il n’a pas été simple non plus de donner des explications claires et convaincantes pour les enseignants, les élèves et les parents. Nous avons fait tout notre possible pour expliquer que les évaluations par compétences serviraient à la fois pour l’obtention du DNB mais aussi pour l’affectation des élèves, alors que les logiques sont complètement différentes. Dans un cas, on certifie, dans l’autre, on oriente et donc on opère un tri. Espérons que le résultat final ne pénalise les élèves et que l’on soit en mesure de préparer tranquillement la rentrée scolaire prochaine.
Sauf que sans vouloir sombrer dans le pessimisme, les effets d’annonce du nouveau gouvernement ne prêtent pas à nous donner le sourire. Le ministre Blanquer semble prêt à jeter le bébé Réforme du collège avec l’eau du bain, sans qu’il y ait eu une évaluation réelle du dispositif.

Le bureau national,

Paris, le 2 juin 2017

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- Après les insultes du MEDEF...
La FSU prend acte des excuses de Pierre Gattaz et du (...)
- POUR ELLES infos - septembre 2017
Au sommaire : P.1– Edito P.2– Bibliothèque Marguerite (...)
- Le MEDEF n’a pas le droit d’insulter (...)
Une campagne du MEDEF affiche son mépris pour le service (...)
Derniers articles parus
- cocommuniqué le SIEC "gros sous et (...)

- Conditions de travail, recul du Service (...)
Lors du second tour des Présidentielles en mai dernier, (...)
- La confiance ne se décrète pas, elle se (...)
Après une fin d’année bien difficile marquée par des (...)
- TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU (...)
Les opérations pour les mutations 2018 débuteront très (...)