>> Accueil / Actualités / Emmanuel Macron Président (...)

Emmanuel Macron Président : le snU.pden-FSU reste vigilant

mercredi 10 mai 2017, par Garncarzyk

Le snU.pden-FSU, qui a appelé à voter contre Marine Le Pen à l’occasion du deuxième tour de l’élection présidentielle, prend acte de l’élection d’Emmanuel Macron. Avec lui, les institutions républicaines et démocratiques sont préservées. Pour autant, nous souhaitons rappeler que cet appel au vote ne constituait pas un blanc-seing pour le candidat d’ « En Marche ». En effet, nous sommes inquiets face à certains points du programme, quand nous ne sommes pas en désaccord avec ce que le candidat élu propose.

Sur l’école, certains éléments du programme d’Emmanuel Macron interpellent notre syndicat.
1. Le candidat d’En Marche explique que « Le collège et le lycée offriront des parcours beaucoup plus individualisés ». L’individualisation n’est pas pour le snU.pden-FSU la voie à privilégier pour permettre la réussite de tous en maintenant des objectifs élevés pour chacun. Les conditions doivent être créées pour permettre que chaque élève trouve sa place, progresse et réussisse au sein de parcours qui peuvent être différenciés mais doivent conserver un cadre commun. Sans cela, le risque de renforcement de l’effet de l’origine sociale serait renforcé, à l’opposé de la finalité annoncée.
2. Emmanuel Macron souhaite le « développement de l’alternance et de l’apprentissage pour lutter contre le chômage ». Le snU.pden-FSU rappelle que le chômage n’est pas provoqué par l’enseignement. Ce sont les conditions socio- économiques qui en sont les premières causes. Si l’alternance doit trouver sa place au sein des formations sous statut scolaire, la voie privilégiée de l’apprentissage ne peut être considérée comme la solution miracle, d’autant plus que le niveau de formation initiale sous statut scolaire des jeunes est réduit.
3. Le « renforcement de l’autonomie des établissements » constitue un élément de langage important dans le programme d’Emmanuel Macron. Sur ce point, nous sommes clairement en désaccord. Le cadre commun doit prévaloir. Le cadre actuel d’exercice de l’autonomie nous semble largement suffisant pour développer les adaptations nécessaires en fonction des conditions locales à l’atteinte des objectifs fixés par la nation à son école. Aller au-delà pourrait entraîner la mise en concurrence des EPLE, comme cela s’était engagé sous le quinquennat Sarkozy.
Emmanuel Macron souhaite poursuivre la politique néfaste développée dans le cadre du Nouveau management public :
1. Le snU.pden-FSU s’oppose à la continuité de la mise en œuvre du Nouveau management public, tel qu’il est présenté par Emmanuel Macron  : « Chaque service accueillant du public (hôpital, école, tribunal, caisse d’allocations familiales...) devra afficher, trimestriellement au moins, ses résultats en termes de qualité de service sur la base d’indicateurs concrets (délai de traitement d’un dossier, qualité de l’accueil au guichet, taux de remplacement des enseignants à l’école...) ». Le snU.pden-FSU récuse toute politique de pilotage par les chiffres, dont l’utilisation actuelle est pour le moins contestable. L’évaluation du système est logique ; au lieu de nourrir des statistiques, une autre politique doit permettre un accompagnement qui favorise l’amélioration des Services Publics, au bénéfice des usagers et des professionnels. Actuellement, le Nouveau management public dégrade le Service public. Le snU.pden-FSU demande que les conditions de travail des personnels soient améliorées.
2. Le snU.pden-FSU s’oppose à l’individualisation des carrières et des rémunérations  : « Nous (En Marche) introduirons plus de souplesse dans la gestion des carrières avec des rémunérations plus individualisées ». Ceci nous conduira à la mise en concurrence des personnels et à l’absence de transparence des opérations de gestion. Nous militons au contraire pour l’établissement de barèmes pour l’ensemble des opérations de gestion de notre corps, l’intégration des parts résultats de l’IFRR dans les parts fonction et responsabilité. L’individualisation des carrières et des rémunérations est à l’opposé de notre conception d’une fonction publique de carrière.
Face aux propositions pour l’école, d’autres points du programme d’Emmanuel Macron nous inquiètent :
1. Présentées comme des mesures visant à « redonner du pouvoir d’achat », les propositions d’allègement des cotisations sociales préfigurent un désengagement de la sécurité sociale et un transfert des dépenses de santé vers les complémentaires.
2. La fusion de tous les systèmes de retraite existants, en vue de la mise en place de la retraite par points, entrainera, comme en Suède, une baisse importante des pensions.
Bien entendu, le Président nouvellement élu doit faire face à des défis considérables : écologiques, économiques, sociaux, républicains. L’attente des Français est immense. La politique des 5 prochaines années devra trouver d’autres voies que celles des statistiques à tout va, du management désincarné et du libéralisme décomplexé. Pour notre service public d’éducation, nous ne réclamons pas seulement des moyens, mais aussi de la sérénité, des mesures qui soient porteuses de sens, du temps pour travailler et nous concerter. De la reconnaissance. Surtout pas de nouvelles réformes bricolées à la hâte ou le détricotage de ce que nous avons patiemment cherché à mettre en place au service des élèves, des familles et de l’Etat.
Nous attendons que le nouveau Président et le futur gouvernement soient à l’écoute des propositions du snU.pden-FSU et de la FSU.

Mercredi 10 mai,
Le bureau national

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- Se préparer pour la rentrée
Difficile de partir serein en vacances après le train (...)
- Rencontre FSU/Ministre de l’Action et des (...)
La FSU a rencontré ce jour le Ministre de l'Action et (...)
- Courrier adressé au Premier Ministre par (...)
Monsieur le Premier Ministre, Lors de la réunion du (...)
Derniers articles parus
- Pourquoi adhérer au snU.pden-FSU ?
Parce que nous défendons une école ouverte et démocratique
- Conditions de travail et rémunération : (...)
Blocage du point d’indice, augmentation de la CSG pour (...)
- Cyclades, DNB, AFFELNET : des cafouillages
Franchement, on aimerait pouvoir dire que tout (...)
- Cyclades, DNB, AFFELNET : des cafouillages
Franchement, on aimerait pouvoir dire que tout (...)