>> Accueil / Actualités / Le snU.pden demande au (...)

Le snU.pden demande au nouveau Ministre de l’Education Nationale de prendre réellement en compte les difficultés et les attentes du terrain

mercredi 24 mai 2017, par Garncarzyk

Mercredi 17 mai 2017, Jean-Michel Blanquer a été nommé Ministre de l’Éducation nationale. Son parcours professionnel atteste d’une solide connaissance de la rue de Grenelle. Pour autant, il nous est impossible de ne pas penser aux années 2009 à 2012, où Jean-Michel Blanquer fut Directeur général de l’enseignement scolaire, période marquante et ô combien difficile pour la maison Éducation nationale et pour les enseignants…

Le programme du Président Macron prône l’autonomie renforcée des établissements, l’individualisation des rémunérations, le développement de l’alternance : autant d’orientations qui visent à la mise en concurrence des établissements et des personnels et que nous récusons fermement. Ce n’est pas ainsi que l’école trouvera de la confiance, de la sérénité et de la cohésion.

Nos demandes : du temps, des moyens, de la sérénité, du dialogue

Sur le terrain, les équipes demandent du temps pour travailler en équipe, pour construire collectivement des projets au service des élèves et pas une énième réforme de l’Éducation nationale. Elles demandent de la stabilité, un cadre national clair d’un État, qui assure pleinement la pérennité de carrière dans la fonction publique pour l’ensemble des fonctionnaires, un État qui réduise les inégalités et la précarité de ceux et celles qu’il emploie, un État qui s’interroge clairement sur la souffrance au travail de ses personnels et qui apporte des réponses humaines à ces questions.

La politique menée par le Ministère aura des conséquences fortes sur les personnels de direction, sur le climat au sein des établissements, sur les relations entre catégories professionnelles. La mise en œuvre du PPCR des enseignants à la prochaine rentrée scolaire en sera un premier test.

Autre source d’inquiétude : l’absence d’un Ministère de la Fonction Publique (remplacé par Ministère de l’Action et des Comptes publics). Les fonctionnaires deviendraient-ils une simple variable d’ajustement budgétaire ?

Sans une politique qui assure un dialogue social serein et dans la confiance, qui recrute les personnels nécessaires au bon fonctionnement de nos établissements et ainsi à la réussite de nos élèves, nos conditions de travail continueront de se détériorer. Dialogue social, confiance dans la professionnalité des personnels, moyens à la hauteur des ambitions définies pour l’Éducation Nationale, sont trois conditions sine qua non pour permettre à chacun l’exercice de son métier qui facilite la réussite de chacun de nos élèves.

Le sn U .pden-FSU sera aux côtés des personnels de direction pour défendre ces sujets.

Le Bureau national,

Paris, le 19 mai 2017

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- Partout, faire reculer la misère !
Aujourd'hui, c'est la 30ème journée mondiale du refus de (...)
- Fonction Publique : un non rendez-vous (...)
Lors du rendez vous salarial de ce jour, le Ministre a (...)
- Fonction Publique : un non rendez-vous (...)
Lors du rendez vous salarial de ce jour, le Ministre a (...)
Derniers articles parus
- Mutations 2018 : informations sur les (...)
Pour tout personnel de direction, la mutation est vécue (...)
- En grève le 10 octobre 2017
Le snu.pden-FSU se retrouve dans les motifs de la (...)
- Le SIEC : "gros sous et gratuité de (...)

- Mutations des personnels de direction : (...)
Une délégation du snU.pden-FSU a été reçue au Rectorat (...)