>> Accueil / Actualités / Monsieur le Ministre, bâtir

Monsieur le Ministre, bâtir l’école de la confiance, oui mais à quelles conditions ?

jeudi 22 juin 2017, par Garncarzyk

Quelle confiance avoir dans cette parole lorsqu’elle déclare, après des années d’efforts des personnels pour diminuer les taux de redoublement et pour prendre en charge la difficulté scolaire au sein de la classe qu’il « est absurde de laisser passer de classe en classe des élèves accumulant les retards » et que le redoublement « doit rester possible quand c’est dans l’intérêt de l’élève, et dans des cas qui doivent rester rares ».
Quelle est la nuance avec le texte actuel qui permet le redoublement dans des cas « exceptionnels ». Quel objectif ? Le trouble créé est lui immédiatement perceptible.

Même problématique concernant l’autonomie des établissements.
En lycée professionnel, le cadre doit rester celui de l’État, la régionalisation ne peut être considérée comme LA solution, pas plus que l’apprentissage. Le sujet de baccalauréat professionnel en économie-gestion interroge d’ailleurs sur le traitement de cette question par des élèves de terminale professionnelle ainsi que sur son choix piloté par l’Inspection générale de la discipline.
En collège, l’abandon de fait de la réforme du collège ne peut se marchander au prix d’une autonomie accrue des établissements. Cette autonomie accrue conduira à la mise ne concurrence des collèges. Nous ne pouvons pas l’accepter.

Une réforme du collège construite dans le but de réellement permettre la réussite de tous les élèves, une réforme élaborée puis développée en prenant en compte l’ensemble des éléments d’un système complexe, nécessite du temps. Les échanges, la concertation sont indispensables à sa réussite. Cela ne peut se réaliser en dix jours.

Ne pas confondre urgence des réformes et précipitation

Les effets désastreux du discours ministériel qui sème le trouble, sans apporter de réelles solutions aux critiques émises sur la réforme, renvoyant la responsabilité des choix et des prises de décisions aux établissements dans des délais extrêmement courts, hors de tout calendrier raisonnable de préparation de rentrée est totalement insatisfaisant.

Prenons le temps d’une réelle réflexion menée en commun, construisons le dialogue social, définissons le cadre dans lequel doit s’exercer l’autonomie des établissements, laissons la marge nécessaire aux adaptations locales, sans mise en concurrence des établissements.

Avec les moyens nécessaires à l’exercice de l’autonomie, dans un cadre national bien établi, l’ensemble des personnels sera en mesure de construire le collège de la réussite de chaque élève.

Pour le snU.pden-FSU, l’action et la parole ministérielles doivent traduire la volonté politique d’instaurer un réel dialogue social pour construire ensemble des solutions durables pour la réussite de nos élèves et l’amélioration de nos conditions de travail. C’est cela que nous exigeons !

L’absence de Secrétaire d’Etat de la Fonction publique dans le remaniement du mercredi 21 juin constitue un signe inquiétant et fait craindre une vision comptable de la part de la tutelle.

Le bureau national du snU.pden-FSU
Paris, le 21 juin 2017

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- Se préparer pour la rentrée
Difficile de partir serein en vacances après le train (...)
- Rencontre FSU/Ministre de l’Action et des (...)
La FSU a rencontré ce jour le Ministre de l'Action et (...)
- Courrier adressé au Premier Ministre par (...)
Monsieur le Premier Ministre, Lors de la réunion du (...)
Derniers articles parus
- Pourquoi adhérer au snU.pden-FSU ?
Parce que nous défendons une école ouverte et démocratique
- Conditions de travail et rémunération : (...)
Blocage du point d’indice, augmentation de la CSG pour (...)
- Cyclades, DNB, AFFELNET : des cafouillages
Franchement, on aimerait pouvoir dire que tout (...)
- Cyclades, DNB, AFFELNET : des cafouillages
Franchement, on aimerait pouvoir dire que tout (...)