>> Accueil / Carrières / Traitements / PPCR des personnels de (...)

PPCR des personnels de direction : déclaration en Comité technique ministériel le 11 janvier 2017

mardi 24 janvier 2017, par Garncarzyk

Déclaration du snU.pden-FSU

Le PPCR des personnels de direction dont le projet de décret présenté au CTM ce jour constitue la première étape comporte des avancées.
La fusion de la première et de la seconde classe ainsi que l’accès à l’échelon spécial de la hors classe en sont les deux éléments marquants. Nous considérons également positivement la volonté de ramener une part des rémunérations actuellement sous forme de primes à de l’indiciaire. Nous regrettons néanmoins que le PPCR n’ait pas pris en compte à sa juste mesure et l’alourdissement des taches des personnels de direction et la dégradation des conditions de travail constatées ces dernières années. L’absence de gain indiciaire, hors conversion prime points, pour certains échelons en constitue l’indicateur marquant.

Concernant le projet de décret ici présenté, nous regrettons que le gain indiciaire ne soit pas plus conséquent puisque selon les échelons et en écartant le transfert prime/points de 4 points, le gain réel est compris entre 0 et 7 points. 19 échelons ne gagnent que 4 points, y compris le transfert prime/points, donc en réalité un gain de rémunération nul. Nous regrettons ce fait. Nous souhaiterions que dans les étapes ultérieures le gain réel soit significatif à tous échelons.

Nous souhaiterions également que dans les étapes ultérieures le transfert prime/points, limité à 9 points, soit plus important. La part résultats de l’IFRR pourrait par exemple être convertie équitablement en points d’indice, ce qui signifierait une orientation nouvelle dans la conception de la rémunération des personnels de direction et du lien évaluation/rémunération. Cela permettrait également de revaloriser les adjoints qui sont bien souvent pénalisés dans la répartition de la part résultats. Ceci sans coût supplémentaire pour l’Etat.

Il est d’autre part nécessaire d’apporter certaines améliorations au PPCR présenté en groupe de travail, au-delà du décret présenté ce jour.

Concernant l’accès à la hors classe, l’objectif de fluidité de carrière pour permettre l’accès à la hors classe au plus grande nombre devrait se traduire par un accroissement du nombre de personnels de direction promus annuellement. Actuellement seuls 53% des personnels de direction partent en retraite à la hors classe. Le PPCR propose pour la première année de mise en œuvre le maintien du même nombre de promus, cela n’est pas satisfaisant. L’effectif de personnels de direction promus devra être augmenté.
D’autre part, la méthode retenue pour la promotion à la hors classe n’est pas en concordance avec l’objectif de fluidité de carrière. En effet pour être en cohérence avec l’objectif annoncé, la consultation de la CAPN devrait être réalisée à partir d’une remontée de tous les personnels qui remplissent les conditions pour être promus, avec avis du Recteur et non pas à partir d’une proposition de personnels par le Recteur, proposition forcément restrictive. La première formulation indiquerait clairement la volonté ministérielle de fluidifier les parcours et de réellement permettre l’accès à la hors classe au plus grand nombre, dont les adjoints. Ceci nécessiterait que les critères d’ancienneté soient pris en compte, de manière plus importante qu’actuellement, pour le passage à la hors classe, alors considérée comme une continuité dans le parcours professionnel, tant pour les chefs que pour les adjoints. Nous demandons que cette promotion se fasse dans le cadre d’un barème dont les critères explicites seraient connus de tous, intégrant une ancienneté fortement valorisée, et l’évaluation. De telles mesures favoriseraient l’évolution vers des parcours égalitaires des femmes et des hommes.
Par ailleurs la consultation de la CAPA sur les propositions ou les avis du Recteur nous semble impérative et mériterait d’être explicite.

Une réelle amélioration de la fluidité du parcours jusqu’à la hors classe pour tous les personnels de direction nécessite ces évolutions.

Concernant l’échelon spécial de la hors classe, nous apprécions l’ouverture, que nous aurions souhaitée plus importante, obtenue par la définition des critères retenus. Le taux d’accès de 10%, taux significatif, devra également évoluer pour que cet échelon devienne lui aussi partie intégrante du parcours professionnel du plus grand nombre de personnels de direction. Nous regrettons que les adjoints ne soient considérés que par un seul des critères retenus. L’accès à l’échelon spécial leur sera de fait extrêmement difficile. Ce point nécessitera d’être revisité. Nous émettons la même remarque que pour l’accès à la hors classe sur la nécessaire consultation de la CAPA pour l’accès à l’échelon spécial.

Des éléments qui ne figurent pas explicitement dans la présentation globale du PPCR, et qui devront être précisés, amèneront une vigilance particulière de notre part sur leur mise en œuvre. Par exemple, comment sera prise en compte l’ancienneté des collègues au dernier échelon de la deuxième classe lors du reclassement dans la classe normale ? Quels seront les critères retenus pour l’accès à la hors classe, étant entendu que les modalités actuelles de classement, très variables d’une académie à l’autre ne permettent pas une réelle continuité de parcours pour un grand nombre de personnels de direction, dont de manière marquée les femmes et les adjoints.
Enfin une attention particulière devra être portée à un nombre, certes réduit, de collègues pour lesquels l’application stricte des règles les pénaliserait.

Pour conclure, nous constatons que le PPCR des personnels de direction permet des avancées significatives mais, que sous la forme actuellement envisagée, ces avancées pourraient ne pas bénéficier à l’ensemble des personnels de direction. Nous souhaitons que nos demandes soient prises en compte afin d’obtenir une réelle revalorisation du parcours professionnel de tous les personnels de direction.
Nous attirons de nouveau l’attention du Ministère sur le fait que la notion de parcours professionnel ne se limite pas aux rémunérations, une réelle amélioration de nos conditions de travail et la transparence des opérations de mobilité sont deux axes qui nécessitent très rapidement de réelles avancées concrètes.

Je vous remercie.

Igor Garncarzyk,
Secrétaire général du SnU.pden-FSU

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- PPCR : lettre au premier ministre
Monsieur Edouard PHILIPPE Premier Ministre Les Lilas (...)
- Contractuel-les de la Fonction publique (...)
Stage syndical national FSU les 7 et 8 novembre 2017 • (...)
- La FSU condamne l’attentat en Somalie
Les habitant-es de la capitale somalienne Mogadiscio (...)
Derniers articles parus
- Les dossiers du moment : projet de loi (...)
Plusieurs dossiers concernant notre vie au quotidien (...)
- INSTANCE BLANCHET DU 11 OCTOBRE 2017 : (...)
L’ordre du jour de cette instance se compose des (...)
- Mutations 2018 : informations sur les (...)
Pour tout personnel de direction, la mutation est vécue (...)
- En grève le 10 octobre 2017
Le snu.pden-FSU se retrouve dans les motifs de la (...)