>> Accueil / Actualités / PPCR : nos déclarations

PPCR : nos déclarations

mercredi 15 mars 2017, par Garncarzyk

La suite des décrets pour la mise en œuvre du PPCR concernant les aspects statutaires et indemnitaires ont été présentés au CTM du 15 février 2017.

Les principales interventions de la FSU, dans la continuité de celles réalisées lors du précédent CTM du 11 janvier ont été les suivantes :
-  Pour les collègues bloqués depuis longtemps au dernier échelon de la deuxième classe nous nous réjouissons de la prise en compte de l’ancienneté. La situation de blocage n’était pas prise en compte par la première version du projet de décret. Nous avions demandé cette mesure. Les chefs d’établissement adjoints seront les premiers bénéficiaires de cette mesure de rattrapage.
-  Nous sommes satisfaits du fait que la consultation de la CAPA soit explicitement inscrite, ainsi que nous en avions exprimé le souhait, pour le passage à la hors classe et l’accès à l’échelon spécial. Il est indispensable que la CAPN le soit également, conformément à un amendement proposé par l’UNSA. Par contre, ainsi que nous l’avons exprimé lors du CTM de janvier, la méthode retenue pour la promotion à la hors classe n’est pas en concordance avec l’objectif de fluidité de carrière. En effet pour être en cohérence avec l’objectif annoncé, la consultation de la CAPN devrait être réalisée à partir d’une remontée de tous les personnels qui remplissent les conditions pour être promus, avec avis du Recteur et non pas à partir d’une liste limitative de personnels établie par le Recteur. La première formulation indiquerait clairement la volonté ministérielle de fluidifier les parcours et de réellement permettre l’accès à la hors classe au plus grand nombre, dont les adjoints. Ceci nécessiterait que les critères d’ancienneté soient pris en compte, de manière plus importante qu’actuellement, pour l’accès à ce grade, alors considéré comme une continuité dans le parcours professionnel, tant pour les chefs que pour les adjoints.
Le snU.pden-FSU a demandé que cette promotion se fasse dans le cadre d’un barème dont les critères explicites seraient connus de tous, intégrant une ancienneté fortement valorisée, le parcours professionnel, l’évaluation et l’avis du Recteur. Une telle mesure favoriserait l’évolution vers des parcours égalitaires des femmes et des hommes, chaque personnel pourrait ainsi avoir connaissance des critères qui amènent ou non sa promotion.
-  Concernant l’échelonnement indiciaire, nous considérons positivement la volonté de ramener une part des rémunérations actuellement sous forme de primes à de l’indiciaire. Nous regrettons néanmoins que le PPCR n’ait pas pris en compte à sa juste mesure l’alourdissement des taches des personnels de direction et la dégradation des conditions de travail constatées ces dernières années. L’absence de gain indiciaire, hors conversion prime/ points, pour certains échelons en constitue l’indicateur marquant. Nous souhaitons que le transfert prime/points, limité à 9 points, soit plus important. La part résultats de l’IFRR, ainsi que nous l’avons exprimé depuis sa conception, pourrait par exemple être convertie équitablement en points d’indice, ce qui signifierait une orientation nouvelle dans la conception de la rémunération des personnels de direction et du lien évaluation/rémunération. Cela permettrait également de revaloriser les adjoints qui sont bien souvent pénalisés dans la répartition de la part résultats, ceci sans coût supplémentaire pour l’Etat.
-  Concernant l’échelon spécial de la hors classe, nous apprécions l’ouverture obtenue par la définition des critères retenus, ce que nous aurions souhaitée plus importante. Le taux d’accès de 10%, taux significatif, devra également évoluer pour que cet échelon devienne lui aussi partie intégrante du parcours professionnel du plus grand nombre de personnels de direction. Nous regrettons que les adjoints ne soient considérés que par un seul des critères retenus. L’accès à l’échelon spécial leur sera de fait extrêmement difficile. Ce point nécessitera d’être revisité.

En conclusion, si nous pouvons constater des avancées, essentiellement par la fusion des deuxième et première classes en classe normale et la création de l’échelon spécial de la hors classe, nous regrettons que le transfert primes/points et que le gain indiciaire ne soient pas plus importants.
Le snU.pden-FSU regrette également que la notion de parcours professionnel se soit limité aux rémunérations, qu’aucune mesure pour une réelle amélioration de nos conditions de travail et pour la transparence des opérations de mobilité n’ait été envisagée.

Le Bureau national
Paris, le 1 mars 2017

Contact

snU.pden-FSU
Bourse du Travail
Place de la Libération
93016 Bobigny Cedex
Tél. : 06 36 95 35 94
snupden@fsu.fr

Rechercher


Communiqués FSU
- Après les insultes du MEDEF...
La FSU prend acte des excuses de Pierre Gattaz et du (...)
- POUR ELLES infos - septembre 2017
Au sommaire : P.1– Edito P.2– Bibliothèque Marguerite (...)
- Le MEDEF n’a pas le droit d’insulter (...)
Une campagne du MEDEF affiche son mépris pour le service (...)
Derniers articles parus
- cocommuniqué le SIEC "gros sous et (...)

- Conditions de travail, recul du Service (...)
Lors du second tour des Présidentielles en mai dernier, (...)
- La confiance ne se décrète pas, elle se (...)
Après une fin d’année bien difficile marquée par des (...)
- TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU (...)
Les opérations pour les mutations 2018 débuteront très (...)